vendredi 18 juin 2010

deuxième épisode d'insomnies…

Rien de tel qu'un début laborieux… un début décousu tel le récit de quelqu'un impatient de raconter un truc extraordinaire qui vient juste de lui tomber dessus! Tout sort par n'importe quel bout, les éléments reviennent en vrac sans réel ordre, sans chronologie… Seule règle de débit : les associations d'idées… Les mots peinent à nous faire rentrer dans l'intrigue, nous devons faire mille contorsions d'esprit pour réussir à lier certaines choses, à tracer les épisodes d'une manière logique ou du moins plausible. On se demande où tout cela va bien pouvoir nous mener, on cherche, on devient nerveux… et puis à un moment non prévisible, la confusion se dissipe, tout commence à s'éclairer, se dévoiler ! Le récit nous a alors pris dans ses filets ; tout le chaos revient, s'ordonne et on ne peut plus se détacher du livre…








Avec la nuit, c'est différent. Sur ce terrain de rêve-ci, je préfère le calme, la modération d'effets…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire