jeudi 2 avril 2020

Sans doute une question d'échelle…













      En face, sur le toit, le voisin était perché. Il était sur le point le plus haut, prêt à escalader la cheminée… Il n’allait pas le faire quand même… Une échelle géante montait de la cour, à elle était emboîtée à une autre, un peu plus petite, posée contre le toit. Combien de mètres pouvait-il bien y avoir au bout de ces deux échelles ?
Mais si il le fait ! Il est en train de grimper sur l’une deux étroites sorties de la cheminée de briques… Mais qu’est-ce qu’il fait ? Il n’est pas bien ! Il a perdu la tête… Sa casquette manque de s’envoler. Il la rattrape in extremis. C’est un fou ! Le voilà quasi sur la pointe des pieds pour atteindre son antenne télé désarticulée.
Cela fait trois jours que la tempête souffle et qu’elle a fini par emporter, arracher ou endommager pas mal de choses sur son passage. 
…Il réussit à tout démonter et redescend dans la cour avec. Le voisin disparaît dans son garage. 
Pfffffffffffffff… Il lui a fait peur cet inconscient ! Noé est resté à l’affût, tout le temps de l’ascension, craignant pour son voisin, prêt à bondir au cas où, et appeler du secours, les pompiers, à l’aide…
À ce voisin, personne ne fait jamais de remarques… C’est un homme dirait-on… à la forte personnalité, au caractère bien trempé… à la répartie assez facile, qui a réponse à tout… à la voix qui porte très bien, et qui, peut-être, prend un peu rapidement la mouche, mais c’est un homme généreux dans le fond…
Mais qu’est-ce qu’il fait ? Il ne va pas remonter quand même… Eh si ! L’antenne réparée, il est reparti à l’ascension et Noé pour sa mission de surveillance…
Ça lui fait penser au poste de secours qui a disparu sur la plage. Enfin du moins son activité. Le bâtiment existe toujours, mais il n’y flotte jamais plus de drapeaux. Et à l’entrée de la plage – peut-on réellement parler d’entrée de plage ? cela semble sonner étrangement aux oreilles, il y a sans doute un terme spécifique ou une formule plus appropriée… – trône désormais un panneau indiquant, mettant en garde de la baignade non-surveillée.
L’antenne est de nouveau fixée en haut de la cheminée, le voisin est redescendu, sain et sauf. Pas un cris, pas même un juron, si ce n’est ce « merde » sonore à l’envol de sa casquette, juste au moment où il remettait les pieds sur terre. Le vent souffle toujours, il court donc quelques minutes après, avant de pouvoir la revisser sur sa tête.

Tout est rentré dans l’ordre. Les deux échelles ont disparu de la cour, la porte du garage est à présent fermée, les feuillent volent toujours à travers la rue, les girouettes continuent de pirouetter sur elles-mêmes et toutes les cheminées fument désormais. Ce soir, comme tous les soirs, comme tous ses voisins, Noé pourra entendre s’échapper de la fenêtre du rez-de-chaussée du voisin du n°31 le bulletin météo…










Aucun commentaire:

Publier un commentaire