jeudi 31 mai 2018

Il s'appelle Cléo.


Tout à coup, la naissance est interrompue et remplacée, déplacée, suspendue.
Une introduction va précéder la sortie…

Le corps est endormi et ouvert.

Une intrusion initie l'extrusion…
On presse une exploration, on opte pour quelques outils ; l'application de forces mécaniques est nécessaire.

L'autre est bien éveillé. 

Commence l'extraction corporelle.
L'éveillé ressent l'air, rencontre l'inconnu.
On coupe le lien. On le nettoie. Il ne reste plus rien de l'endormi. 

L'éveillé est petit, trop petit. 
On le met donc dans une petite boîte vitrée pour le mettre à l'abri, éviter tout risque, l'isoler.

L'ouvert a été refermé et dort toujours, en salle de réveil.
L'éveillé s'est endormi au fond du couloir, dans la nursery.
Tout s'est bien passé…



césarienne, du latin caesar "enfant né par incision", de caedere "couper", "inciser"
Étymol. et Hist. Av. 1585 adj. (Fr. RoussetDe l'enfantement Cæsarien cité par ParéŒuvres, éd. J.-F. Malgaigne, livre 18, chap. 42); 1611 section Cesarienne (Cotgr.). Dér. de César (v. ce mot), ce surnom étant fréquemment rattaché par les aut. lat. à caesus (a caeso matris utero) : cf. PlineNat., 7, 47 ds TLL onom. s.v., 34, 48; d'où, d'apr. IsidoreOrig., 9, 3, 12, ibid. 34, 64, le subst. caesar au sens de « tiré du sein de sa mère par excision » : qui enim exsecto utero eximebantur, caesones et caesares appellabantur.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire