samedi 23 octobre 2010

L’ombre du bleu…


« Le premier jour de la chute des Géants ; manger, prier, aimer. »

C’est une chose étrange à la fin que le monde, la première nuit !

On a peur du noir.

Malgré la carte, le territoire est un lieu incertain… le bonheur y est un roman où l’homme qui voulait être heureux lance un boomerang et reçoit, en retour, le rire du cyclope.

Absolument débordé, sans un adieu – l’homme n’aime pas les adieux…

…Même le silence a une fin.

Sarah B. S., 23 octobre 2010





Aucun commentaire:

Publier un commentaire